ASSOCIATION SERVICE JEUNESSE

loisirs éducatifs pour tous

 

 

ACCUEIL

 

Projets d'Activités

Grands Jeux

Thèmes de centre

Projets de vie de séjours

Activités Manuelles

Chants

 

Espace JEUX

Espace "JE "

 

Boîte à outils pour Animateurs

Boîte à outils pour Directeurs

Boîte à outils pour vos projets

 

Pour votre école

Gestion de conflits

 

 

 

BOITE A OUTILS POUR ANIMATEURS

 

LA VIE QUOTIDIENNE DANS LES ACCUEILS COLLECTIFS DE MINEURS

cliquez sur le thème de votre choix pour y accéder

Retour

DEFINITION  - L’ACCUEIL et le DEPART - Le LEVER - Le COUCHER - Le LINGE - La TOILETTE - Les REPAS - La COMMUNICATION avec les FAMILLES - L’ARGENT de POCHE - Les SOINS

Version imprimable ici

 

DEFINITION :

On appelle par « vie quotidienne » tous les moments qui rythment la vie d’un centre, en dehors des temps d’animation pure (grands jeux, petits jeux, activités manuelles, activités avec les prestataires...).

Ces moments de vie quotidienne prennent beaucoup de place et temps dans l’organisation d’une journée et doivent être organisés avec soins pour garantir la sécurité physique et affective, mais aussi la santé, les soins et l’épanouissement des mineurs.           

Ces moments doivent être pensés en fonction des caractéristiques du public, de ses besoins et de ses attentes. C’est l’animateur qui doit s’adapter au rythme et capacités des mineurs et pas l’inverse.

Les différents moments de la vie quotidienne sont : l’accueil/le départ, le lever/le coucher, la toilette (matin et soir), les repas, le linge (la lessive, le rangement), la communication avec les familles, l’argent de poche, les soins et tout ce qui se passe en dehors des activités…

L'ACCUEIL :

C’est le moment où les mineurs arrivent au centre. Il faut être attentif à la qualité de l’accueil car c’est un moment fort de communication avec les familles et les participants. Il faut inspirer confiance (être organisé, savoir ce que l’on a à faire, répondre aux questions et savoir orienter si on n’a pas les réponses) et être agréable (sourire, dire bonjour, s’intéresser au public, être dynamique).

Plusieurs arrivées sont possibles : bus de ramassage par quartiers (avec des animateurs sur les différents lieux et donc dans le ou les bus), arrivée autonome des participants, arrivée avec les parents.  

Il faut occuper le public en attendant que tous les participants arrivent sinon il y a du chahut, de l’énervement et donc des risques d’accidents. Mieux vaut privilégier des espaces, des stands… où des activités calmes sont proposées (coloriage, jeux de société…). Ces stands pourront être organisés par tranches d’âges ; ainsi les groupes seront déjà constitués. Le pointage des participants se fera sur les stands par les animateurs référents. 

Dans le cas où les stands sont destinés à tous, il faut faire un pointage des participants à l’entrée du centre (directeur ou adjoint) et les groupes d’âges seront constitués lorsque tous les participants seront arrivés (se donner un horaire buttoir pour que ça ne dure pas trop longtemps). Ensuite, pour constituer les groupes d’âges, il faudra imaginer des repères visuels dans la cour pour que chacun puisse se repérer et retrouver son animateur référent (éviter de faire des grands rassemblements avec appel des noms au haut parleur car il y a perte de temps et à nouveau énervement)

L'ACCUEIL / LE DEPART LE SOIR :

 C’est le seul contact physique que les parents auront avec l’équipe d’encadrement. Il est déterminant pour garantir la confiance qu’ils vous accorderont.         

Même si un courrier d’information aura été envoyé par l’organisateur, beaucoup de questions seront posées. C’est pour les parents un moyen de se rassurer sur le bien être de leur enfant.

Une organisation rigoureuse doit donc être proposée pour répondre à se besoin.

L’équipe d’encadrement doit être facilement repérable (tee-shirts de même couleur avec prénoms de l’animateur et/ou logo de l’organisateur, badges…)

Le responsable du convoi « pointe » chaque participant à son arrivée et demande aux parents d’amener les bagages aux chauffeurs pour le chargement dans le bus et les dirigent vers un animateur référent pour : récupérer les documents manquants, les traitements médicaux, l’argent de poche et les éventuelles recommandations des parents. Chaque animateur aura donc un petit groupe pour effectuer ces tâches (il vaut mieux que les groupes soient fait par ordre alphabétique pour que les échanges soient simplifiés s’il y a des fratries) ;

5 à 10 mn avant le départ, le chef de convoi annonce aux familles qu’il est temps de dire au revoir à leur(s) enfant(s) ; les animateurs demandent aux participants de leur groupe de se ranger pour la montée dans le bus (les parents suivront de toute façon mais ne gêneront pas l’embarquement) ;                              

Le bus démarre lorsque tout le monde est monté. Cette organisation est également possible pour un départ en train.        

LE DEPART LE SOIR EN ACCUEIL DE LOISIRS :

 Proposer une organisation rigoureuse (comme celle du matin) pour s’assurer que le public soit repris par la bonne personne ou bien dirigé sur le bon arrêt de bus (ramassage par quartiers).

 Certains participants repartiront seuls sous réserve d’une autorisation des responsables légaux.

 C’est encore un temps d’échanges où les parents demandent comment le participant c’est comporté (l’animateur peut également informer du comportement s’il a posé problème).

 Soyez disponible et à l’écoute. Les parents n’osent pas toujours ^poser des questions, il convient d’aller vers eux et de leur montrer que vous êtes disponibles.

 En cas de conflit ou de réclamation de la part d’un usager, il convient de traiter le problème dans une salle et pas devant tout le monde. Rediriger les usagers vers le directeur le cas échéant.

(D’après les documents de l’AROEVEN Nord / Pas-de-Calais et de l'ASJ).

Version imprimable ici - haut

LE LEVER :

Il est préférable de l’individualiser pour permettre à chacun d’avoir son quota de sommeil. Ceci dit, il y a tout de même une heure limite pour le réveil afin de garantir l’organisation harmonieuse de la journée.

 Veiller à la qualité du réveil : il ne doit pas être brusque ni rapide. La toilette ne se fait pas au réveil pour éviter de gêner ceux qui dorment. Les petits sortent en pyjamas et les plus grands s’habillent rapidement (peur de se montrer en pyjamas).

 Il y a un animateur de « service réveil » pour s’assurer qu’il se passe dans de bonnes conditions et sans chahut. L’animateur surveille dans le couloir ou le campement. Il peut y avoir une salle tampon (petits jeux, ….) pour permettre à ceux qui se lèvent tôt de patienter pour le petit déjeuner. Avec cette salle, un petit déjeuner échelonné peut-être envisagé.

 L’animateur de « service réveil » en profite pour vérifier si le lit ou le duvet n’a pas été souillé pendant la nuit (respect et discrétion sont de rigueur) et aérer les chambres ou tentes lorsqu’elles sont vides. Il réveille les derniers pour qu’ils se rendent au petit déjeuner (attention de n’oublier personne).

LE COUCHER :

Le sommeil est un besoin fondamental. Il est réparateur (récupération de la fatigue physique et nerveuse) et permet ainsi à chacun de profiter agréablement de son séjour. Le sommeil permet aussi de grandir : pendant le sommeil lent (paradoxal), l’organisme produit des hormones de croissance. Attention : la fatigue cumulée entraîne vite de l’énervement (disputes, agressivité…) et un manque de vigilance (chez les participants comme chez les animateurs).

 L’heure du coucher est fonction de l’âge des participants (jusqu’à 12 ans = entre 10 et 12 heures de sommeil par nuit ; de 13 à 17 ans entre 8 et 10 heures de sommeil par nuit)  et de l’état de fatigue engendré par la journée (cf. : activités vécues).

 Le coucher doit se dérouler dans des conditions propices à l’endormissement et il s’engage dès la fin de la veillée par un retour au calme (si l’activité était dynamique). Passer aux sanitaires, se mettre en pyjamas (même pour les ados) et s’assurer que slips et chaussettes sont bien enlevés.

Il y a toujours un temps de latence entre le passage aux sanitaires et l’endormissement : chez les enfants, c’est : le bisou du soir, la relecture du courrier, d’un livre, une histoire de l’animateur. Chez les ados, il est un peu plus long et c’est : discuter avec les copains, se dire bonsoir, écouter un peu de musique au casque…

Les animateurs restent présents jusqu’à ce que les participants dorment puis un service de surveillance est mis en place pour pouvoir démarrer la réunion.

(D’après les documents de l’AROEVEN Nord / Pas-de-Calais et de l'ASJ).

Version imprimable ici - haut

LE LINGE :

 

L'inventaire :

Il doit être fait le premier jour pour connaître le trousseau dont chacun dispose (peu de linge = anticipation de nombreuses lessives) et dans les derniers jours pour éviter les pertes.                

Il ne faut pas oublier l'importance affective que représentent la valise et son contenu pour le participant.

               

Une valise bien rangée et propre donne aux parents un aperçu du sérieux du séjour.

 

Proposition de déroulement de l'inventaire :

  • Etaler le linge sur le lit (sur une table si en camping), recompter chaque catégorie de vêtements avec l'enfant/le jeune et noter sur une fiche ;

  • La fiche doit être rangée jusqu'à la fin du séjour ;

  • les marquages insuffisants, les trousseaux insuffisants, usagés, doivent être immédiatement signalés au directeur.

 L'inventaire est un moment important mais fatiguant ; il ne faut pas laisser tous les enfants/les jeunes à attendre l’inventaire (énervement).

Certains animateurs font les inventaires avec quelques participants. Le reste des participants est animé par les autres animateurs.

La gestion du linge au quotidien : (Voici quelques situations que l’on peut rencontrer)

 

  • des enfants/des jeunes qui ne savent pas plier le linge et ranger leur armoire/leur sac (si sous tentes) ;

  • des enfants/des jeunes qui mélangent le linge propre et sale ; mouillé et sec ;

  • des enfants/des jeunes qui ont peu de vêtements de rechange et d’autres qui en ont beaucoup ;

  • des enfants/des jeunes qui ont des vêtements de marque et d’autres pas ;

  • des enfants/des jeunes qui laissent leur serviette de plage mouillée et pleine de sable dans le sac au retour de la plage ;

  • des enfants/des jeunes qui utilisent leur serviette de toilette pour la plage ;

  • des enfants qui ne connaissent pas leur linge ;

 

Le change :

 

Il nécessite une organisation bien pensée pour éviter le désordre, les pertes, l’utilisation de tous les vêtements dans les quatre premiers jours et les mauvaises odeurs ; il est préférable de s’en occuper pendant les temps de toilette.

 

Les slips et linges de corps doivent être changés chaque jour.

 

Les ados pourront gérer individuellement leur sac à linge sale ; le matin ou pendant le temps calme, les ados peuvent faire leur lessive.

               

Pour les enfants, un sac collectif sera gérer par l’animateur pour l’ensemble de son groupe (linge nettoyé par blanchisserie).

 

Attention : les pipis au lit sont mal vécus (gêne, honte). L'animateur doit être vigilant, mais discret et immédiatement efficace pour que le lit soit changé.

(D’après les documents de l’AROEVEN Nord / Pas-de-Calais et de l'ASJ).

Version imprimable ici - haut

LA TOILETTE :

L’hygiène corporelle est un élément essentiel pour garantir le bien être de chacun. Se laver permet d’éliminer la saleté, la transpiration et son odeur. L’animateur doit être attentif au soin que chacun des participants porte à son corps.

Le matin, il s’agira d’une toilette succincte au lavabo (douche pour ceux qui auraient eu un accident pendant la nuit) et le soir, un temps de douche sera organisé.

Voici quelques situations auxquelles les animateurs sont souvent confrontés (cela vous permettra de réfléchir à la manière de les organiser) :

  • le cabinet de toilette est dans les chambres ; chaque animateur a plusieurs chambres à gérer ;

  • certains enfants/jeunes n’aiment pas l’eau, font semblant de se laver ou ne savent pas se laver ;

  • certains enfants découvrent pour la première fois une douche et ont peur ;

  • certains enfants/jeunes sont mal à l’aise par le regard des autres dans les sanitaires collectifs ;

  • certains enfants  pourraient jouer à l’eau ;

  • certains enfants/jeunes prennent leur temps ;

  • il y a peu de douches ;

  • certaines douches sont à régler (eau chaude) ;

  • certains enfants/jeunes oublient leur nécessaire de toilette dans les chambres/tentes ;

  • certains enfants/jeunes sont allés à la plage et utilise la serviette de plage pour s’essuyer ;

  • certains jeunes en profitent pour fumer en cachette ;

  • certains jeunes dans les sanitaires des campings s’amusent à regarder par-dessus ou par-dessous les cloisons ;

  • certains jeunes pensent que les douches sont mixtes ;

LES REPAS:

Il faut être attentif à l’hygiène et à l’équilibre alimentaire surtout dans les séjours courts ou les camps d’ados puisque se sont les animateurs avec les jeunes qui confectionnent les repas et font la vaisselle (groupes de services tous les jours).           

               

En plus de répondre aux besoins physiologiques, le repas est :

  • un moment de convivialité qu’il faut préserver par une présence de tous à table (les animateurs mangent avec les enfants/les jeunes). C'est un moment de discussion, d'échanges qui doit se dérouler dans le calme (dialoguer plutôt que de crier à l’oreille du voisin, éviter les déplacements) ;

  • un moment éducatif : on passe aux sanitaires avant de manger, on apprend à manger ce qu'on ne connaît pas, à manger proprement, attention au gaspillage, apprendre à débarrasser et nettoyer sa table ;

  • un moment d'apprentissage social : apprendre à se servir, à servir les autres, à proportionner sa part, à prendre son temps, à prendre en compte les origines, les régimes médicaux ;

 

Le repas est toujours suivi d’un TEMPS CALME, moment destiné à la digestion et non aux activités sportives. Ce que l’on peut faire pendant le temps calme : sieste, lecture, rédaction du courrier, activités calmes, discussions.

(D’après les documents de l’AROEVEN Nord / Pas-de-Calais et de l'ASJ).

Version imprimable ici - haut

LA COMMUNICATION AVEC LES FAMILLES :

En séjour de vacances, il est fondamental de maintenir le lien affectif avec les familles. Les participants (surtout les plus petits) viennent avec leurs photos et doudou : l’animateur doit préserver les moments où l’enfant a besoin de les contempler (ça ne doit pas être prétexte à moqueries).

 

 Le courrier doit être privilégié et il faut s’assurer que les participants écrivent au moins trois fois pendant le séjour.

Il faut être attentif aux points suivants : des enfants/jeunes qui refuse d’écrire, des enfants/jeunes qui ne savent pas lire ou écrire, des enfants/jeunes qui reçoivent beaucoup de courrier et d’autres pas, des enfants/jeunes qui reçoivent des colis remplis de friandises.

Le moment idéal pour recevoir ou écrire est le temps calme.

 

 Le téléphone : il vaut mieux l’éviter avec les enfants car souvent après les appels ils se mettent à pleurer. Il faut prévoir une carte téléphonique pour le groupe. Les ados ont pratiquement tous des téléphones portables : attention à leur utilisation intempestive (réguler l’utilisation), aux appels la nuit (forfait gratuit et illimité la nuit), au chargement des batteries. En collectivité, le téléphone portable devient une vraie nuisance et devient une forme de non-respect.

L'ARGENT DE POCHE :

L’argent de poche est une tradition pour rapporter un petit souvenir et se faire des plaisirs pendant le séjour.

Les situations que l’on peut rencontrer : des enfants/jeunes qui n’ont pas ou peu d’argent contrairement à d’autres, perte ou vol de l’argent, dépenses abusives, achats dangereux (couteaux, alcool…).

Pour les enfants, se sont les animateurs qui gèrent l’argent de poche et tiennent une fiche de comptabilité pour chacun qu’ils transmettent aux parents en fin de séjour. Il est important d’y associer l’enfant pour lui apprendre à compter et gérer ses dépenses. Ce moment peut être animé (chèques fictifs, un banquier pour avoir de la monnaie…).

Les ados peuvent, s’ils le souhaitent, gérer seuls leur argent. Les animateurs doivent veiller à la sécurité de l’argent qui leur est confié.

 

LES SOINS :

Il s’agit de garantir la santé et les soins à chaque participant. Les petits « bobos » peuvent être soignés par l’animateur ; pour les traitements ou les soins plus importants, c’est l’assistant sanitaire qui prendra le relais.

 

L’animateur doit être attentif à l’état physique des participants (pendant les temps de toilette c’est l’idéal) et s’assurer qu’ils vont bien à l’infirmerie.

Il faut être attentif aux poux, aux cloques, aux échauffements des pieds, aux ongles des pieds, au soleil, aux oreilles.

 

Ne surtout pas oublier la trousse de secours en dehors du centre.

 

(D’après les documents de l’AROEVEN Nord / Pas-de-Calais et de l'ASJ).

 

Consultez également l'Espace jeux et l'Espace "JE"

 Haut

16/06/2017

 

Nos liens :

du NOUVEAU par ici

 

Développement durable - Nature

 

Se former au BAFA et BAFD

 

Chants

 

Les différents publics

 

Jeux et activités sur le net

 

Jeunes, Internet et écrans

 

Des Histoires, de l'histoire

 

Logiciels et sites utiles pour vos ACM

 

Fournitures éducatives...

 

Dernière mise à jour : 16/06/2017.

Association Service Jeunesse Tél. : 06 222 78 666 - Fax : 09 57 80 45 73   Contact : contact@servicejeunesse.asso.fr 

Association loi 1901 agréée Jeunesse Education Populaire - agréée Education Nationale - Siret : 44514448800027 - APE / NAF : 9499Z

Webmaster et responsable de la publication  : Renaud HOCHART